Vietnam : 3 semaines en solo / mes conseils

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez probablement suivi mes aventures au Vietman en mars / avril dernier. Je vous ai partagé en stories quasiment tous les jours mes péripéties et vous avez été nombreux à commenter ou à m’envoyer des messages privés. Je reviens ici un peu plus en détails sur ce voyage extraordinaire pour vous donner pleins de conseils, que ce soit sur les itinéraires, les choses à voir ou répondre à vos questions sur mon mode de voyage. 

Pourquoi j’ai choisi le Vietnam ?

Cela fait maintenant 2 ans et demi que je voyage en solo et jusqu’à présent j’avais fait surtout les villes européennes et la France. J’étais partie à New York et au Canada avec des compagnons de voyage que j’avais rencontré via des forums de voyage mais cette fois-ci je voulais vraiment vivre une aventure personnelle.

Au tout départ, je voulais partir en Birmanie, pays d’Asie beaucoup moins touristique, mais finalement j’ai jeté mon dévolu sur le Vietnam. Pourquoi j’ai choisi cette destination?

P1030367

La sécurité

Avant de partir, je m’étais beaucoup renseignée sur le pays, notamment via des groupes Facebook de voyages (je vous conseille, si vous êtes une femme We are Backpackeuse, le groupe est fermé et réservé aux femmes, mais c’est une mine d’informations sur tout ce qui touche aux voyages au sens large. Pour le Vietnam, le groupe Le coins des francophones au Vietnam est vraiment vraiment top).

Le Vietnam est un pays très sécuritaire. On peut se balader le soir tranquillement que ce soit dans les grandes villes comme dans les petits villages. Evidemment, il faut respecter les règles de base pour n’importe quel voyage : ne pas sortir son téléphone aux yeux de tous, garder son argent sur soi et non dans un sac à dos, pareil pour le passeport. Personnellement, je mettais tout sous cadenas, que ce soit la nuit à l’hôtel comme en auberge.

La facilité pour se déplacer

Autre point important, il est très facile de se déplacer au Vietnam puisque les villes sont reliées entre elles par de nombreuses compagnies de bus qui sont de très bonnes qualités et très peu chères. On peut aussi, pour gagner du temps, prendre des vols intérieurs et les compagnies sont vraiment accessibles (j’ai pris en dernière minute un vol Hô Chi Minh – Phu Quoq pour seulement 6$). Le réseau de train est aussi très bien mais je n’ai pas eu la chance de tester sur mes trajets, car je m’y suis prise trop tard et il n’y avait plus de place.

750ce0795271d7d5a2224a2553243908.020190401_101629

IMG-20190401-WA0005

ici, intérieur du sleeping bus. C’est hyper confortable et quasi la plupart des bus sont en sleeping

Le coût de la vie

Evidemment, comme beaucoup de pays d’Asie, le coût de la vie est vraiment peu cher. On peut manger de la street food pour seulement 30 centimes d’euros, la location d’un scooter à la journée coûte 5$ et une chambre en auberge partagée seulement 5$. Je me suis aussi payée 2 fois une chambre un peu luxueuse, avec piscine pour seulement 20$ la nuit. Bref, mon budget était de 30€ par jour pour le logement, la nourriture, la location du scooter et les visites. Pour 3 semaines de voyage, j’ai au total dépensé 550€ (hors vol).

Quel itinéraire en 3 semaines ?

Il est un peu difficile de conseiller quelqu’un sur un itinéraire, car cela dépend de tellement de paramètres : la manière dont vous voyagez, ce que vous aimez, votre capacité physique, votre budget, vos envies et de la période à laquelle vous partez.

Pour ma part, j’ai choisi de faire du Nord au Sud en partant d’Hanoï. La petite particularité c’est que j’avais un vol aller/retour depuis Hanoï. Il fallait donc que je gère mon temps pour parcourir le pays et pouvoir revenir. Je trouve que pour le mois de mars, faire du Nord au Sud est la meilleure option. Pourquoi? En commençant par le Nord, vous commencerez par les treks, les visites pour ensuite vous détendre vers les plages du Sud. De plus, en fonction de la période où vous partirez, généralement il fait plus frais et humide qu’au Sud, je pense donc que c’est plus agréable de commencer par le Nord. Néanmoins, si vous faites plusieurs pays en Asie, cela peut complètement changer la donne.

Si j’avais un seul conseil à vous donner pour partir, c’est DE NE RIEN PROGRAMMER DE PRÉCIS A L’AVANCE. En effet, il vaut mieux voir au jour de le jour et réserver la veille pour le lendemain plutôt que de tout programmer à l’avance. Pourquoi? Tout simplement parce que cela coûte moins cher. La plupart des hôtels, auberges proposent des tickets de bus, des sorties et à 80% du temps c’est moins cher que sur internet ou en agence par exemple.

Je vous partage l’itinéraire que j’ai fait pour 3 semaines :

Jour 1 : Hanoï – Arrivée en soirée
Jour 2 : Hanoï –  Visite de la vieille ville par le lac Hoan Kiem et du temple Ngoc Son / Visite de la pagode Tran Quoc plus au Nord de la ville
Jour 3 : Cat Ba – Départ de Hanoï à 11h (5h de bus + navette fluviale)
Jour 4 : Cat Ba – Boat tour sur le sud de la baie d’Halong
Jour 5 : Hanoï – retour sur Hanoï en fin d’après-midi
Jour 6 : Sapa –  Départ d’Hanoï à 7h / Arrivée sur Sapa vers 14h (7h de bus)
Promenade dans la ville et son marché puis dans les chemins au Nord de la ville
Jour 7 : Sapa – Trekking de 28 km avec guide Hmong
Jour 8 : Tam Coc – Départ de Sapa à 8h / Arrivée à Hanoï à 14h puis navette avec chauffeur pour Tam Coc
Jour 9 : Tam Coc – Visite en scooter des campagnes alentours
Jour 10 : Hué – trajet de nuit depuis Tam Coc / arrivée à 8h / Visite de la cité impériale puis après-midi à la plage à 25 min du centre
Jour 11 : Hoi An – Installation, visite de la vieille ville, détente
Jour 12 : Hoi An – Détente à la plage, soirée dans la vieille ville
Jour 13 : Hoi An – Détente à la plage, soirée dans la vieille ville
Jour 14 : Dalat – Vol de Danang pour Nha Trang (50 min) / Trajet en bus de Nha Trang pour Dalat (4h)
Jour 15 : Dalat – Visite guidée en petit groupe des plantations de café, de fleurs, fabriques de soie, chutes d’eau des Elephants, pagode avec Happy Bouddha / Visite de la Mad House + night market
Jour 16 : Mui Ne – Arrivée en début d’après-midi
Jour 17 : Mui Ne – Plage
Jour 18 : Phu Quoc via Hô Chi Minh – Bus Mui Ne – Hô Chi Minh
Déjeuner à Hô Chi Minh / Vol Hô Chi Minh Phu Quoc / Nuit en auberge
Jour 19 : Phu Quoc – Détente plage, verre dans un bar phase à la mer pour le coucher de soleil
Jour 20 : Phu Quoc – Détente plage
Jour 21 : Hanoï – Vol Phu Quoc – Hanoï – restaurant un peu haut de gamme et achat de souvenirs
Jour 22 : départ pour Paris depuis Hanoï

Au départ, il y a plusieurs villes que je ne pensais pas faire et plusieurs villes où je pensais rester plus longtemps. Finalement, mon programme n’a ressemblé en rien à ce que j’avais plus ou moins prévu. Je me suis vite rendue compte que les villes étaient trop denses et trop polluées pour moi. De plus, beaucoup m’avaient déconseiller Phu Quoc, bien trop touristique, mais finalement j’ai vraiment beaucoup aimé. Bref, fiez-vous aussi à votre instinct, aux avis des locaux, des gens qui y sont vraiment allés et vous verrez.

Si je devais refaire mon voyage, je passerai plus de temps à Tam Coc/ Ninh Binh. La région est vraiment magnifique et ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la Baie d’Along terrestre.
Pour Cat Ba, j’avais pris un tour de bateau d’une journée et une demi-journée aurait été largement suffisante.
Ensuite, je ne sais pas si c’est mon coup de fatigue ou non, mais je n’ai pas apprécié Mui Ne, mais je pense qu’il faut s’éloigner un peu de la côte et utiliser les bus locaux pour mieux explorer.
Je n’ai passé qu’une seule journée à Dalat, mais à mon sens, il faut y consacrer minimum 2 jours et en profiter pour faire du kayak ou du canyoning.
Ensuite, la ville de Hué, ne mérite qu’une demi-journée et il vaut mieux faire Danang, proche de Hoi An (et aller voir ce fameux pont en forme de main). Si vous avez aussi l’occasion, allez sur l’île de Cham et faites-y de la plongée, j’ai eu des retours extraordinaires.
Je n’ai pas pu faire le delta du Mékong, mais je pense que ça vaut vraiment le coup. De plus je n’ai pas pu aller sur Con Dao et les stations balnéaires, mais il faut faire des choix en 3 semaines de voyage.

Où et comment se loger au Vietnam ?

Comme je vous le disais précédemment, je suis partie 3 semaines sans rien programmé et rien réserver à l’avance si ce n’est le premier jour.
En 3 semaines, j’ai mixé 4 types de logement : Airbnb (2 fois), hôtels, homestay et auberges de jeunesse.

Airbnb

Comme partout dans le monde, Airbnb est aussi présent au Vietnam. Je l’ai utilisé 2 fois pour mon premier et mon dernier jour. J’avais réservé ces 2 nuits en décembre dernier pour sécuriser mon voyage.
Avec le recul, je pense que c’était une erreur. Les logements étaient chers pour les prestations (la première nuit, loin du centre et bruyante pour 11€) et la dernière la salle de bain était vétuste et vraiment dans un confort minimal.

Homestay

Au Vietnam, on trouve vraiment partout ce genre d’établissement. En fait ce sont des sortes de chambre d’hôtel chez l’habitant. On en trouve de toutes les sortes et pour toutes les bourses. Pour réserver, rien de plus simple, il faut utiliser l’application booking et on paye directement au propriétaire. Pour moi, peu de différence avec les hôtels, au Vietnam, les services sont similaires. On a même parfois un peu de supplément : la personne vient vous chercher en scooter à l’arrêt de bus, vous pouvez partager un dîner/ petit déjeuner et elle booke pour vous tickets de bus/navette/sorties.

Hôtels

J’ai eu l’occasion de booker plusieurs fois des chambres d’hôtels et notamment à Phu Quoc une superbe chambre avec piscine et salle de bain en extérieur. Les complexes hôteliers sont nombreux au Vietnam et évidemment le coût de la vie étant très bon marché, on peut loger dans des endroits luxueux pour seulement 20€ la nuit.

20190411_100858.jpg

Auberges de jeunesse

Si comme moi, vous avez de rencontrer du monde, faire la fête ou tout simplement faire des économies, les auberges sont idéales. 
Avant de partir au Vietnam, j’avais énormément d’à priori sur ce type de logement, mais j’ai complètement changé d’avis sur le sujet (je suis partie une semaine après mon retour du Vietnam à Londres, et j’ai de nouveau opté pour l’auberge de jeunesse et j’ai passé mon meilleur séjour dans la capitale londonienne).
Avec le recul, c’est là que j’ai rencontré le plus de gens et que j’ai apprécié mon séjour. Les lits étaient bien souvent beaucoup plus confortables que dans des homestays et le fait de partager une chambre, me faisait faire énormément d’économies.
Si vous n’avez pas envie de partager un lit avec 10 personnes, sachez qu’il existe aussi des chambres individuelles et parfois des chambres allant jusqu’à 3 personnes (si vous voyagez entre amis par exemple).
Pour le Vietnam, je vous invite à regarder attentivement les commentaires des gens qui y ont séjourné et de ne rien booker en dessous d’une note de 8.5 voire 9. Pour ma part, j’ai logé dans de superbes auberges avec parfois piscine, rooftop et même alcool à volonté et gratuit en happy hours.
Pour réserver, vous pouvez filtrer sur Booking ou sur hostelworld. 

Ce que j’ai aimé / pas aimé

Ce que j’ai aimé

Le Vietnam est un pays magnifique, les paysages sont grandioses et très diversifiés que ce soit au Nord par ses montagnes, sa baie d’Halong, ses étendues de rizières et les temples ou au Sud avec les dunes, les plages, les montagnes… Je n’ai pas assez de mots pour décrire tout ce que j’ai pu voir, photographier, découvrir. Si vous projetez d’aller au Vietnam, vous ne pourrez qu’apprécier et encore une fois, ne manquez pas le Nord. Si vous ne restez que 2 semaines, je vous conseille vraiment de vous y attarder car c’est vraiment beau.

20190327_10174120190406_171401P1030530P1030712

Ce que l’on apprécie aussi, évidement c’est la nourriture. Le Vietnam est réputé dans toute l’Asie pour la qualité et la diversité de ses plats. On y mange surtout de la street food et pour très peu cher. Vous y trouverez une diversité de plats : pho, riz frit, viande, fruits de mer, banh mi, diversités de fruits exotiques et j’en passe. Dans mes prochains articles, je vous partagerai mes adresses que j’ai testées où que j’avais noté dans mon carnet d’adresses.

20190407_13060520190402_20564620190326_09564020190326_16304620190330_102758

Autre point que j’ai aussi apprécié, c’est la facilité pour se déplacer, mais je vous en ai parlé un peu plus haut. Contrairement à ce que je pensais, les vietnamiens sont très ponctuels (bon à part pour les vols, aucun n’a été à l’heure) et vous pouvez être surs d’arriver à destination.

Ce que j’ai moins aimé

Néanmoins, oui, il faut bien quelques points négatifs au voyage, j’ai vraiment eu du mal avec le sens de l’accueil. J’ai eu des contacts vraiment laborieux avec certains locaux. De manière général, ils ne disent jamais bonjour, merci, au revoir. C’est hyper agaçant à certains moments car les rapports sont souvent uniquement liés à l’argent.
Néanmoins, je ne fais pas une généralité, car dans certains homestay, les personnes se sont vraiment montrées généreuses et se sont pliées en 4 pour me rendre service.

J’ai aussi eu énormément de mal avec, comment dire, la manière d’être. Il faut savoir qu’au Vietnam, tout comme en Chine, péter, cracher ou se curer le nez en public ne choque absolument personne. Au début, je vous assure que ça surprend vraiment. Même en 3 semaines, je ne me suis pas du tout habituée au crachat en public, vous savez, ceux qui viennent du fond de la gorge.

Autre point négatif : la pollution. Je parle de pollution au sens général : pollution visuelle, pollution atmosphérique et pollution des océans par les plastiques.
Si vous avez suivi mes stories, je vous avais montré quelques coins de plage remplis de plastique dans l’eau. Cela m’a vraiment choqué et bien que j’avais déjà conscience de ce phénomène, lorsque je l’ai vu de mes propres yeux, je me suis jurée de réduire encore plus mes déchets et de ne plus du tout consommer de pailles et de gobelets en plastique.
Il a aussi été difficile pour moi de rester en ville. Le bruit des scooters et la pollution dans l’air étaient difficiles. Je comprends pourquoi la plupart des asiatiques sortent avec un masque, l’air est irrespirable.

20190413_17080620190413_172509P1030321

Autre chose, à noter, les vietnamiens ne parlent pas très bien anglais. Personnellement je n’ai pas trouvé ça bloquant, j’ai même trouvé ça très marrant des fois. Je vous en parlerai dans un autre article mais j’utilise dans certaines situations un carnet d’images appelé G’palémo.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s