Comment voyager seul(e) : conseils, astuces et retours d’expériences

Cela fait un petit moment que je voulais vous parler plus en détails sur mon mode de voyage. Dans mon entourage ou lorsque je parle de mon expérience, je reçois énormément de questions et de réactions. Si vous me suivez sur Instagram et notamment en InstaStories, j’essaie au maximum de vous montrer au quotidien mes voyages et mes expériences. Mais je pensais qu’en faire un article était aussi judicieux pour répondre à vos questions, vos inquiétudes, vous donner envie de sauter le pas ou tout simplement comprendre pourquoi et comment ?

Quel a été mon déclic ?

J’ai toujours aimé voyagé, je crois même dès ma plus tendre enfance. Déjà plus jeune, je me souviens dire à mes parents que je voulais être polyglotte, interprète ou que je voulais partir au Japon, sur une île au soleil.

Petite, aussi, nous partions tous les étés en camping avec mes parents dans le sud de la France, parfois jusqu’en Espagne. J’ai de très bons souvenirs. Nous partions généralement de nuit, ma mère installait un petit matelas entre les sièges avant et arrière pour que mon petit frère puisse s’allonger et moi sur la banquette.

J’ai aussi ce souvenir d’avoir collectionner les timbres des cartes postales du monde entier de mes grands-parents. J’étais fascinée par ces pays qui pour certains n’existent plus.

Bref. Tout ça pour dire que je crois que cette envie d’aventure est profondément ancrée en moi depuis, toujours…

Et puis… il y a eu le déclic des 30 ans. 

A cette époque, je n’étais pas vraiment bien dans ma vie. Pas bien dans mon travail, pas bien dans ma vie sociale, c’est simple, je n’en avais plus. Célibataire, après une rupture que je n’ai jamais vraiment réussi à cicatriser, des épreuves qui se sont aussi enchaînées… Je voyais les autres, ces amis, ces collègues, ces instragrammeurs se faire des voyages, des week-ends … et moi je me sentais étouffée. Tous les jours je rêvais d’aventures.

Je me suis dis… pourquoi pas moi ? Qu’est ce qui m’empêche ? Pourquoi j’attends quelqu’un qui n’arrivera peut-être jamais ? D’ailleurs je ne savais même pas qui était ce quelqu’un…

Et puis… je me suis lancée : Londres. Mai 2017. 3 jours. En solo.

IMG_20190430_143947_075

Londres, avril 2019, photo prise par une touriste espagnole en vacances avec une copine

 

Pourquoi partir seul-e ?

Finalement la réponse est assez simple : j’ai envie de partir, je n’ai personne avec qui partir mais j’ai quand même envie de partir, alors je pars ! YOLO

20190323_083557.jpg

 Paris, à quelques heures de partir en solo pour le Vietnam… première fois en sac à dos…

Quels bienfaits ?

Ceux qui me côtoient au quotidien savent combien j’adore partir en voyage. Cela fait maintenant 2 ans que je parcours le globe. J’ai commencé par Londres puis j’ai fait Marseille, Copenhague, Londres, à nouveau 2 fois et plus récemment je suis partie 1 mois au Vietnam, et vu tous ce que j’ai en tête, ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Se sentir libre

Je crois que c’est le premier sentiment que l’on ressent. On est libre de l’heure à laquelle on mange, dort, de la destination, de l’activité. Personnellement, j’aime beaucoup marcher et flâner dans les boutiques et surtout goûter aux spécialités culinaires du pays que je visite. Lorsque je voyage, je mange que lorsque j’ai faim. Je me lève aussi tôt et je ne fais pas spécialement la fête jusqu’au bout de la nuit.
J’aime aussi faire de la photo et je peux rester plusieurs minutes sur un lieu pour avoir la lumière parfaite… pas toujours agréable pour celui qui accompagne.

Avoir le sentiment d’être accomplie

Lorsqu’on voyage en solo, on ne peut se reposer sur personne, que ce soit pour chercher sa route, se reposer, se faire comprendre etc.
Personnellement, je n’ai jamais autant progressé en anglais que depuis que je pars seule. D’ailleurs lors de mes derniers voyages, on ne reconnaissait même plus mon accent français et pour moi, c’est un vrai accomplissement.
Lorsque l’on revient, on est aussi fier de se dire, oui je l’ai fait. J’ai pris cet avion, je suis allée à tel endroit, j’ai vu telle chose.

IMG_20190402_132031_070

Hué, Vietnam, mars 2019, photo prise par un touriste canadien, il a passé 20 min à trouver l’angle parfait ! 

Faire des rencontres du bout du monde

Finalement, en voyageant solo, on est jamais vraiment seul(e), seulement si on le veut. Lors de mes premiers voyages en Europe, je louais des Airbnb et je ne rencontrais pas vraiment de gens sur ma route.
Lorsque je suis partie au Vietnam, j’ai totalement changé mon mode de voyage. Les auberges de jeunesse sont vraiment propices aux rencontres et j’ai croisé énormément de voyageurs solo, du coup, les gens sont plus facilement abordables et en bookant des activités organisées par les auberges, vous rencontrez des gens.

7327a438b1757c864df584cdf6e58779.0

Hué, mars 2019, avec Omar avec qui j’ai partagé 5 jours de mon voyage et un vietnamien rencontré sur la plage avec sa famille. Nous avons partagé un apéro à l’ombre d’un bâteau

P1030776

Lito, une étudiante vietnamienne qui aide ses parents au café qui longe la célèbre rue ferrée à Hanoï, Vietnam, avril 2019

P1030543

Tam Coc sous la pluie en mars 2019, Vietnam, Omar et Foued, 2 français avec qui j’ai partagé 5 jour de mon voyage entre visites, restau et ballades en scoot.

P1030432

Hanoï, avril 2019, Vietnam, 2 vietnamiennes que j’ai rencontré dans la rue, fascinées par mon sac à dos design … elles m’ont prise en photo pendant plus de 15 min…

P1030669

Lisa, Hoi An, avril 2019, j’ai pris son sac à dos identique au mien par mégarde, nous avons passé 2 jours ensemble entre plage et ballade dans le centre de Hoi An.

P1030722

Marion et Emily, 2 suissesses rencontrées à Phu Quoc, île au Sud du Cambodge, moment partagé lors du coucher de soleil.

Comment réussir à partir seul-e ?

Se lancer

La première étape, je dirai même avant de choisir la destination, c’est de se lancer dans la démarche. Il n’est jamais trop tard pour partir seul-e. A l’aéroport de Hong Kong, j’ai discuté avec une américaine qui faisait son premier voyage seule au Vietnam à 73 ans !
Je pense aussi qu’il faut être prêt et ne pas écouter ses peurs.
Bien sûr que ça fait peur au début, même parfois au bout du 10ème. Beaucoup de gens vont aussi essayer de vous en dissuader en vous disant que c’est dangereux, encore plus si vous êtes une femme, vous diront qu’ils viendront avec vous.
Ne les écoutez pas ! Finalement, avec le recul, j’ai remarqué que les gens vont reporter leur propre peur sur vous. Vous avez envie de le faire, faites-le ! 

IMG_20180328_091558_706

Londres, mars 2018, photo prise à Shoreditch par un passant

P1010876

Copenhague, Novembre 2017, photo prise par 1 couple de touriste français

20190407_114729

Dalat, avril 2019, dans un temple, photo prise par ma guide

Choisir une destination qui vous fait envie

Il n’y a pas de destination idéale pour partir seul(e). Evidemment, je vous conseille de choisir une destination qui vous fait envie, celle que vous rêvez depuis longtemps, celle aussi où vous serez à l’aise et en sécurité.

Avec le recul que j’ai aujourd’hui, je trouve que l’Asie du Sud est vraiment faite pour les voyageurs solo. Il est très facile de se déplacer, on ne prévoit rien à l’avance et sur ma route, j’ai renconté à 80% de voyageurs solo.

Si vous avez peur de vous lancer dans un tel voyage dès le départ, je vous conseille de faire une capitale européenne. Les transports sont bien développés, souvent la monnaie reste en euros et vous ne serez pas trop dépaysé.

20190401_101629

Tam Coc, Vietnam, mars 2019

P1010725

Central Park, New York City, septembre 2017, photo prise par mon co-voyageur Thomas

Se préparer pour se rassurer

Après 2 ans de voyage solo, je ne prépare quasiment plus mes voyages, bien que j’adore acheter des guides. Ce que je regarde un peu avant ce sont les bons spots photo et les endroits où manger.
Lorsque je suis partie pour la première fois à Londres, j’avais passé pas mal de temps à préparer mes journées, je trouvais que ça me rassurait de savoir où j’irai, ce que j’allais faire et comment j’allais y aller. Finalement, on comble un peu un vide.

Choisir des auberges de jeunesse

Je sais, on peut se dire que passer un certain âge, partager une chambre à 10, ça ne fait pas rêver. J’ai eu longtemps cet à priori, et finalement je l’ai dépassé et ça à totalement changé mes voyages. Je n’ai jamais autant parler anglais, rencontrer de gens, sortie le soir que depuis que je dors en auberge. Lors de mes longs voyages j’ai alterné nuits en hôtel, chambre chez l’habitant et auberges.

Sachez que si l’idée de partager votre chambre vous rebute, il existe des chambres individuelles avec lit double et salle de bain privative. Evidemment c’est un peu plus cher, mais vous bénéficierez des installations de l’auberge et des activités pour rencontrer des gens.

Sociabilisez-vous !

Encore une fois, c’est avec l’expérience que j’ai compris pas mal de choses. En France, et particulièrement à Paris, lorsque vous allez quelque part, dans un bar, un restaurant, personne ne prêtera vraiment attention à vous. Et bien figurez-vous, qu’à l’étranger, cela n’arrivera jamais ! Oui, oui, vous avez bien lu !

Je n’ai pas passé un seul voyage seule à ma table, systématiquement les gens sont venus spontanément à ma rencontre pour me demander d’abord ma nationalité puis pourquoi je voyageais seule … Souvent, les gens viennent à votre table, vous propose un verre et parfois même vous propose de les rejoindre.

Sachez ne pas être trop sauvage, trop timide. Sachez dire oui, même si parfois votre instinct de survie vous dis mais non c’est dangereux. Evidement observez ces personnes, analysez leur proposition. 95% du temps, il n’y a rien derrière leur proposition, c’est une excellente manière de découvrir des coins sympas, de partager une activité ou une expérience.

Lorsque j’étais à Phu Quoc, une île au sud du Vietnam, j’avais réservé 3 jours dans un hôtel, un peu familial avec quelques français. C’est là que j’ai rencontré sur le bord de la piscine 2 suissesses qui m’ont proposé de partager un coucher de soleil. Nous avons vite accroché et nous sommes toujours en contact. A Londres, c’est David un américain qui m’a proposé d’aller voir le dernier épisode de Game Of Throne dans un bar, à Berlin, j’ai partagé mon dîner avec Justin, une australienne en voyage solo également…

Bref, tout ça pour vous dire, que même si votre anglais est hésitant, les gens s’en fichent. Vous allez progresser, vous allez découvrir de nouvelles cultures, vous allez partager des moments que vous n’aurez pas partager si vous étiez parti en couple, entre amis ou en famille. N’hésitez pas aussi à proposer, car les gens n’attendent que ça ! 

Screenshot_20180816-124322_Photos

Selfie aux chutes de Montmorency, Québec, Canada, juin 2018

Pourquoi pas vous ?

Je vous encourage à vous lancer, il n’y a pas d’âge pour commencer, ça peut même être en France, comme moi lorsque je me suis faite un week-end à Marseille.
Dépassez votre peur et foncez, promis vous ne serez pas seul et vous allez adorer !

P1010911P101053720170830_103817P1010870amsterdamJordaanNottingHillCouvAmsterdam6CarnabyP1020320MontRoyal3MontRoyalForetP1020693 copieP1020980P1030080img_20181002_164823_488P1030390 copieP1030530TamCoCBarque

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s