Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé ici. D’habitude je vous parle de mes voyages, je vous montre en photo mes périples et vous partage mes meilleures adresses. Oui, sauf que…. Depuis que j’ai quitté mon dernier job en décembre 2019, je suis sans emploi, que le COVID 19 est passé par là et que nous avons été confinés pendant 3 mois (ou presque). Je partage ici un peu le bilan de cette période si particulière et comme j’ai su tirer parti de cette parenthèse.  

Etre moins connectée

Au début du confinement, clairement j’étais assaillie de message sur Whatsapp, un peu comme tout le monde, on se raccrochait à ça pour rester en lien avec le monde extérieur. J’ai toujours été très connectée, le téléphone jamais loin et si je ne réponds pas au message dans les 15 min, c’est que « quelque chose de grave » m’était arrivé. Les semaines de confinement se sont installées et j’ai ressenti un fort besoin de me détacher de Whatsapp et de toutes les autres applis de messagerie et autre chat (Tinder compris). D’ailleurs, j’ai remarqué que petit à petit les gens se sont vite adaptés à cette situation et j’ai reçu beaucoup moins de messages.
Je n’ai pas réussi à totalement décroché des stories Instagram, mais j’ai passé beaucoup moins de temps sur le téléphone qu’au début et ça m’a fait un bien fou.

Bilan à M+1 confinement : j’ai vraiment décroché du téléphone, j’arrive à faire une journée sans y être accroché et je ne me suis plus reconnectée à Tinder depuis.

img-20200221-wa0017

Retrouver le goût de la lecture

J’ai grandi sans ordinateur, téléphone connecté et encore moins la TV dans ma chambre. J’ai toujours eu cette culture de la lecture. Plus jeune, ma mère nous emmenait à la médiathèque, mon frère et moi, je lisais en moyenne 3 livres par semaine. Petit à petit, lorsque je suis devenue étudiante, l’ordinateur et les écrans ont pris place dans ma chambre/salon et j’ai délaissé la lecture. Il y a quelques années, j’ai investi dans une liseuse numérique et j’ai repris petit à petit mais je lisais uniquement en vacances.
Pendant le confinement, j’ai vraiment repris ce goût à la lecture. Mon bonheur à moi, malgré mes levés très tardifs, c’est de sortir le transat sur le balcon et y rester au soleil pendant 2h pour avancer dans mes lectures. Dernièrement, j’ai pris au hasard des livres sur Kobo et j’ai fait plutôt de bons choix car j’ai rapidement repris mes habitudes.

Bilan à M+1 confinement : les mauvaises habitudes des écrans ont repris le pas, mais ma liseuse numérique n’est pas loin et promis je vais finir ce que j’ai commencé.

liseuse_Kobo

Réapprendre à me regarder de la tête aux pieds

Je vous en avais déjà un peu parlé dans un précédent article, mais j’ai toujours beaucoup de mal avec mon image. J’ai récemment acheté un miroir de plein pied pour mon dressing. Je me suis rendue compte qu’en fait, je n’en avais jamais eu. Je partais le matin sans me voir en entier, ce qui est assez paradoxal pour quelqu’un qui aime s’habiller. Pendant le confinement, j’ai refusé de me dire que j’allais passer 2 mois en pyjama. J’ai vraiment fait un effort chaque jour pour m’habiller et même profiter pour remettre des vêtements oubliés au fond de mon dressing que je n’osais pas forcément porter. Bon, j’ai largement fait l’impasse sur le soutien-gorge, il ne faut pas abuser non plus.

Bilan à M+1 confinement : je porte de nouveau des soutiens-gorge et j’ai refait un énorme tri dans mon dressing. J’ai aussi énormément cousu ces dernières semaines avec pour objectif d’ici septembre de n’acheter qu’une pièce par mois (vraiment utile).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Apprécier le silence

Cela fait plus de 10 ans que je vis seule dans mon appartement.  Je me suis toujours très bien habituée à vivre seule et je ne l’ai jamais mal vécu. Néanmoins, j’ai toujours mis la TV en bruit de fond dès que je rentrais. Avec le confinement, j’ai totalement décroché des écrans et j’ai vraiment privilégié la musique toute la journée. Depuis quelques temps, j’ai même totalement éteint pour apprécié le silence. J’ai la chance de vivre dans un immeuble très calme, sans vis à vis avec beaucoup de verdure. J’ai réappris à juste m’asseoir et entendre le bruit des oiseaux, cuisiner sans musique, sans aucun bruit. Je crois que ça prouve aussi à quel point tout mon être s’est adapté à cette situation inédite, ne voir et ne parler à personne des jours entiers.

Bilan à M+1 confinement : la journée est toujours sans écran et bercée par les playlists dès le réveil, je suis évidement moins à la maison qu’en période de confinement, mais j’apprends mieux silence et c’est ancré dans mon quotidien désormais.

dsc_0033-

Booster ma créativité

Depuis que j’ai quitté mon dernier job en décembre dernier, je suis sans emploi et je dois dire que cette période, que j’appelle de transition, est assez salvatrice pour moi en termes de créativité. J’avais déjà amorcé pas mal de projets avant le confinement : le lancement de mon compte Intagram @regard.sur.toi  dédié aux portraits photos pour la création de contenus Instagram de blogueurs et artistes mais surtout la multiplication de projets couture.
J’ai acheté ma machine à coudre en août dernier et j’ai vraiment profité de cette période de pause pour m’y mettre corps et âme. Je suis devenue totalement accro et j’ai déjà à mon actif plusieurs pièces cousues main.
J’ai également repris mon carnet de croquis pour dessiner au crayon. Bref, cette période de retranchement pour certains a été totalement bénéfique d’un point de vu créatif.

Bilan à M+1 confinement : j’ai dévalisé les merceries et boutiques de tissu dès le 11 mai et j’ai cousu depuis presque 1 pièce par semaine dont 1 manteau, une robe longue et une jupe. Je cherche actuellement une formation en cours du soir dans une école de mode pour professionnaliser mes connaissances en autodidacte.

screenshot_20200611-180011_instagramscreenshot_20200611-175803_instagram20200416_212008

Garder ses objectifs en tête

J’ai passé une longue période du désert après mon dernier job qui a été clairement un échec (mettre fin à sa période d’essai car je ne le sentais vraiment pas alors que sur le papier c’était le job que j’ai toujours voulu avoir). Presque 6 mois au chômage, la période de confinement a été très dure psychologique : zéro offre d’emploi, des appels pour annuler les process de recrutement entamés avant confinement, une incertitude sur l’avenir des entreprises… Bref, je me suis dis que ça allait être compliqué. Mais je n’ai jamais rien lâché, j’ai continué à postuler dès qu’une offre sortait, j’ai continué à y croire, à préparer mes entretiens et à en passer en visio.

Bilan à M+1 confinement : j’ai enfin décroché un job que j’ai commencé il y a quelques jours… malgré le contexte, la situation s’est enfin débloquée pour moi et je suis super contente de pouvoir enfin reprendre le chemin du bureau…

Bilan de ce confinement

Comme beaucoup, cette période a été le moment de se recentrer, d’avoir une vraie pose dans notre vie. Le fait de le vivre vraiment seule était particulier mais je l’ai plutôt bien vécu. Cela m’a fait beaucoup de bien de ne rien faire et de ne pas culpabiliser. Je suis contente d’avoir pu rebondir après cette période et j’espère que le temps me donnera raison sur mes choix. Et vpus comment vous avez vécu cette période de confinement ?

Publié par :pineapplefactories

Globe trotteuse, je suis passionnée de voyages, de photos et de bonnes tables. Sensible à l'art et au street art, j'accorde aussi une grande importance au contact humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s